Georgia on my mind

Skip Georgia. C’est un conseil maintes fois entendu de la bouche de navigateurs expérimentés après leur avoir dit le tirant d’eau de notre bateau. L’État est apparemment parsemé de hauts fonds tout le long de l’ICW. Suite à nos récents succès dans l’Atlantique, l’option de passer par l’océan nous paraissait donc le choix logique…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le pont de Charleston

OLYMPUS DIGITAL CAMERANous avons donc passé une semaine à Charleston, en Caroline du Sud, chez une famille, qui nous a chaleureusement accueillis dans leur demeure pour un peu plus d’une semaine en attente d’une bonne fenêtre météo. Nous avons utilisé cette opportunité pour avancer certains projets pour le bateau, notamment en ayant accès à une machine à coudre. Du même coup,  nous avons visité la région où l’industrie du riz et du cotton était florissante jusqu’à la fin de l’esclavage. La plantation de Magnolia, aujourd’hui reconnue pour ses jardins d’Azaleas et de Camellias, était autrefois une grande rizière qui employait jusqu’à 150 esclaves. Nous y avons DSC_2954constaté les conditions misérables dans lesquelles les esclaves vivaient. En fait, les petites maisons blanches que vous voyez n’ont été permises aux esclaves qu’à partir de 1850, auparavant, ils dormaient dans des huttes en terre qui se détruisaient lors de chaque orage… soit très régulièrement! Statistique intéressante: un enfant né esclave dans une culture de riz avait 45% de chances d’atteindre l’âge de 20 ans. Serpents, alligators, araignées, maladies et infections; les façons de mourir ne manquaient pas à l’époque.

DSC_2988DSC_2987

DSC_2983DSC_2965

Nous avons aussi découvert la jolie ville de Savannah, en Georgie, au cours d’une escapade en voiture avec les membres d’équipage du voilier Contigo. La ville est un arrêt obligé pour son centre-ville historique; un des seuls à avoir été épargnée après la guerre de sécession, les autres ayant été détruites à cause de la politique de la terre brûlée employée par le général Sherman de l’Union.

DSC_2929DSC_2917

De son côté, Charles s’est fait de nouveaux amis en Alex et Nina, petits bambins de la famille nous ayant accueilli. Malgré tous ces beaux moments passés à Charleston, il nous fallait descendre vers le Sud. Winter is coming, comme dirait l’autre.

Le 20 novembre, nous quittons Charleston pour se rendre à Brunswick, Georgie, à 24h de navigation. Les vents prévus sont favorables pour la route (10-15 nœuds), mais durant la nuit nous observons des rafales de plus de 25 nœuds. Le bateau vole sur l’eau et nous arrivons à bon port plus tôt que prévu, en matinée, après un voyage mouvementé. Le lendemain, après un repos bien mérité à Brunswick Landing Marina (et un happy hour comprenant de la bière et du vin offert gratuitement par la marina tous les soirs… oh yeah!), nous visitons Cumberland Island, une île côtière autrefois habitée par la riche famille des Carnegie. Aujourd’hui, l’île est habitée par des chevaux sauvages et n’est accessible que par bateau. Le lendemain, nous nous arrêtons à St-Marys pour fêter Thanksgiving dans un gigantesque potluck annuel avec des navigateurs se rendant aussi vers le Sud. Nous y faisons plusieurs belles rencontres et, encore une fois, Charles vole la vedette et se fait plein de nouveaux amis. Le 25 novembre, une autre sortie dans l’océan pour se rendre à St-Augustine, en Floride. La chaleur nous y attend…

DSC_0041DSC_0050DSC_0032


3 réflexions sur “Georgia on my mind

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s